La sécurité prioitaire dans le trilemme de l'énergie pour 2023

Les professionnels de l'énergie donnent la priorité à une énergie sûre, suivie d'une énergie propre puis d'une énergie abordable.

  • Les professionnels de l'énergie donnent la priorité à une énergie sûre, suivie d'une énergie propre puis d'une énergie abordable.
  • Moins de la moitié de l'industrie est confiante dans la réalisation des objectifs de décarbonisation et de lutte contre le changement climatique, malgré les progrès de la transition.
  • La majorité des acteurs du secteur des énergies renouvelables estiment que les préoccupations en matière de sécurité énergétique entraîneront une augmentation des investissements.
  • La grande majorité du secteur de l'électricité indique qu'il est urgent d'investir davantage dans le réseau.
  • La moitié des professionnels du secteur pétrolier et gazier s'attendent à une augmentation des investissements dans le gaz au cours de l'année à venir.
Ditlev Engel, CEO, Energy Systems chez DNV

OSLO, Norvège, 1er mars 2023 – Pour les entreprises du secteur de l'énergie, la sécurité énergétique l'emporte sur l'énergie propre et abordable, et l’opinion majoritaire dans l’industrie est que le trilemme de l'énergie ne sera pas résolu au cours de la prochaine décennie. Tels sont les résultats du sondage de DNV, qui a interrogé plus de 1 300 responsables de haut niveau dans le secteur de l’énergie en décembre 2022 et janvier 2023.

La sécurité énergétique sera au centre des préoccupations des secteurs du pétrole, du gaz et de l'électricité au cours de l'année à venir. Les acteurs des énergies renouvelables continuent de mettre l'accent sur les énergies propres, tandis que les priorités des consommateurs industriels, qui privilégient une énergie accessible et abordable, contrastent avec celles de leurs fournisseurs et partenaires.

En France, la plupart des professionnels pensent que l'industrie de l'énergie devrait se concentrer au cours de l'année à venir sur les énergies propres, 38 % d'entre eux les considérant comme la première priorité. 53 % des personnes interrogées conviennent que les changements politiques récents ont rendu les objectifs climatiques plus réalisables pour leur organisation, mais seulement 23 % pensent que disposer des ressources humaines nécessaires pour suivre le rythme de la transition énergétique, et seulement 33 % sont optimistes quant à leur capacité à atteindre réellement leurs objectifs de décarbonation. Le principal moteur d'optimisme cité en France est la certitude accrue du côté de la demande en produits et services énergétiques, choisie par 43 % des répondants, suivie par les changements ou les réformes en matière de politique énergétique nationale ou internationale, cités par 40 %.

À l’échelle mondiale, seuls 39 % des professionnels de l'énergie sont confiants quant à la réalisation des objectifs de décarbonisation et de lutte contre le changement climatique. Pourtant, les progrès de la transition énergétique sont le principal facteur de confiance des professionnels de l'énergie pour l'année à venir, et une majorité d'entre eux pensent que la transition énergétique s'accélère.

Résoudre le trilemme énergétique - fournir une énergie sûre, propre et abordable - est considéré par l'industrie de l'énergie comme un objectif à long terme, selon Trilemma and Transition : The momentum to break barriers, la dernière édition de l'étude annuelle de DNV sur les perspectives du secteur de l'énergie.

En l’état, peu de professionnels de l'industrie (17%) pensent que la transition permettra de fournir une énergie sûre, propre et abordable au cours de la prochaine décennie à travers l’ensemble du système énergétique de leur pays. La plus grande partie (41 %) estime que cet objectif sera atteint dans 10 à 20 ans, tandis qu'un groupe important (32 %) pense que ce résultat central de la transition énergétique ne pourra pas être atteint avant les années 2040. Ces perspectives sont généralement partagées par toutes les régions – seule l'Amérique du Nord étant plus conservatrice quant au calendrier.

"Le trilemme énergétique est toujours en question en 2023, puisque ses trois aspects sont encore au cœur de tous les débats sur le système énergétique : l'invasion de l'Ukraine par la Russie a rappelé au monde à quel point la sécurité énergétique peut être fragile ; les centrales à charbon sont relancées alors que les projets d'énergies renouvelables sont sous pression ; et les consommateurs d'énergie sont pressés par le coût de l'énergie", explique Ditlev Engel, CEO, Energy Systems chez DNV. "Ce trilemme est lui-même en transition. Dans une année complexe et difficile pour l'industrie de l'énergie, nous constatons que ses trois piliers conduisent en fait à des priorités concurrentes : dans un système énergétique décarboné, la durabilité, l'accessibilité et la sécurité de l'énergie tirent en fait toutes dans la même direction, et les secteurs public et privé peuvent résoudre le trilemme par une nouvelle approche de la mise à l'échelle des technologies disponibles pour la mise en œuvre de la décarbonisation."

Pas moins de 80 % des professionnels des énergies renouvelables pensent que les préoccupations en matière de sécurité énergétique conduiront à une augmentation des investissements dans les énergies renouvelables au cours de l'année à venir, tandis qu'une majorité (61 %) de l'ensemble du secteur de l'énergie affirme que leur entreprise peut devenir plus rentable en améliorant la durabilité.

En revanche, une année record de bénéfices pour l'industrie pétrolière et gazière a redéfini les bénéfices acceptables pour le secteur. En 2022, 52 % des cadres du secteur pétrolier et gazier avaient déclaré que leur organisation réaliserait des bénéfices acceptables si le prix du pétrole se situait en moyenne entre 40 et 50 USD par baril. Pour l'année à venir, seuls 39 % sont du même avis. La moitié des répondants de l'industrie pétrolière et gazière (53 %) affirment que leur organisation investira davantage dans le gaz en 2023, soit une hausse de huit points en glissement annuel. 43 % de l'industrie pétrolière et gazière prévoient d'augmenter les investissements dans le pétrole, soit une hausse de neuf points. Par rapport à 2022, les entreprises pétrolières et gazières ralentissent leur virage vers des domaines en dehors des activités principales liées aux hydrocarbures et maintiennent leur attention sur la décarbonisation.

En 2023, le secteur de l'énergie dans son ensemble prévoit d'augmenter les investissements dans les énergies à faible émissions. La moitié des professionnels de l'énergie s'attendent à ce que leur organisation investisse dans l'hydrogène/ammoniac à faible teneur en carbone (52 %), et des proportions similaires dans l'éolien (49 %) et le solaire (46 %). Plus d'un tiers s'attendent à ce que leur entreprise augmente ses investissements dans la captation et le stockage du carbone. En ce qui concerne les technologies habilitantes, six personnes sur dix affirment que leur organisation augmente ses investissements dans l'efficacité énergétique et la transition digitale, et la moitié du secteur investit dans les technologies de stockage de l'énergie.

"La transition énergétique s'est accélérée suite à la pandémie et la crise énergétique. Les marchés se sont efforcés de suivre le rythme dans les systèmes de transmission et de distribution, les chaînes d'approvisionnement, les autorisations et les licences, le financement, les infrastructures et la main-d’œuvre", explique M. Engel. "Au cours de l'année à venir, nous pourrions assister à un ralentissement de la réduction des combustibles fossiles, mais aussi à un ralentissement potentiel de l'expansion des énergies propres, si les obstacles actuels ne sont pas surmontés. Les décideurs politiques doivent accélérer la suppression des obstacles à la mise en œuvre de la décarbonisation à l’échelle des systèmes énergétiques, et tous les acteurs du secteur de l'énergie doivent faire davantage pour permettre à la transition d’avancer."

L'étude de DNV montre qu’en dépit des obstacles pourraient ralentir le rythme de la transition énergétique au cours de l'année à venir, une dynamique s’installe pour briser ces barrières – puisque les sociétés ressentent de plus en plus les effets des crises climatiques et énergétiques et des goulots d'étranglement qui freinent la décarbonisation.

Le secteur de l'électricité s'accorde largement à dire qu'il est urgent d'investir davantage dans le réseau, tandis qu'un cinquième seulement du secteur des énergies renouvelables estime que la planification actuelle de la capacité de transmission est suffisante pour permettre le développement des énergies renouvelables.

Les trois quarts du secteur de l'énergie affirment que les problèmes de chaîne d'approvisionnement ralentissent la transition, tandis que moins de la moitié du secteur (44 %) s'attend à une amélioration significative de la disponibilité des produits en 2023.

Pour le secteur des énergies renouvelables, le manque de soutien politique et les obstacles liés à l’obtention d’autorisations sont les principaux freins à la croissance – une forte majorité (88%) déclare que l'accélération des permis et licences est essentielle pour atteindre les objectifs climatiques.

Environ 40 % des entreprises de l'énergie dans le monde déclarent avoir de plus en plus de mal à obtenir des financements pour leurs projets. Au niveau régional, l'accès au financement est plus facile pour les organisations d'Amérique du Nord et d'Europe. Par secteur, près de la moitié des compagnies d'électricité (47 %) trouvent qu'il est de plus en plus difficile d'obtenir un financement, et 62 % des consommateurs industriels d'énergie.

À propos de l'étude

L'étude Energy Industry Insights de DNV – aujourd’hui dans sa 13e année – évalue les perceptions, la confiance et les priorités des responsables privés du secteur de l'énergie pour l'année à venir. L’édition 2023, Trilemma and Transition: The momentum to break barriers, s'appuie sur l'enquête mondiale conduite par DNV auprès de plus de 1 300 cadres supérieurs du secteur, complétée par un programme d'entretiens approfondis avec des leaders de l'industrie développé et créé par les équipes de DNV et FT Longitude (une société du Financial Times).

Le sondage a été menée en décembre 2022 et janvier 2023. Les répondants à l'enquête évoluent dans l'ensemble du secteur de l'énergie, couvrant le réseau électrique, les énergies renouvelables, le pétrole et le gaz, des spécialistes de l'industrie (par exemple, en technologie, finance ou politique) et des consommateurs industriels d'énergie. Les répondants à l'enquête représentent une gamme de fonctions au sein de l'industrie, des cadres au niveau du conseil d'administration aux ingénieurs seniors.

Parcourez les dernières observations de DNV

Les prévisions indépendantes de DNV concernant le système énergétique dans le monde:

 

Hydrogen Forecast to 2050

 

2022 Energy Transition Outlook and Pathway to Net Zero reports

 

Future-proofing our power grids: Making mass electrification possible